mise à jour le 19 janvier 2011

Retour

Tout d'abord il me semble intéressant de commencer la séance photo par un petit mot reçu de notre ami Jean-Pierre au sujet de cette simultanée :

Une nouvelle fois, j'ai éprouvé un très grand plaisir à participer à la simultanée annuelle du club. C'est vraiment une très belle opportunité qui nous est offerte à nous, simples pions, d'affronter des Rois de l'échiquier. Je reste époustouflé par leur performance de jouer autant de parties d'un tel niveau en seulement quelques heures (22 en 4 heures pour être précis). Comme bien d'autres, je regrette un peu la parole maladroite du champion souhaitant écourter les parties où un avantage s'était dessiné (euh... forcément en sa faveur)... mais j'avoue parfaitement bien le comprendre en ce qui me concerne. J'ai en effet commis une erreur au 10e coup de la partie en choisissant de roquer (vite mon Roi à l'abri !) plutôt que de protéger un stupide petit pion isolé. J'ai tout de suite compris que cette erreur allait m'être fatale et de fait je n'ai rien pu faire pour rattraper ce retard. Faut pas rêver, je ne suis jamais allé jusqu'en Sibérie pour obtenir mes galons de grand maître, moi. J'aurais néanmoins été bien frustré de devoir abandonner la partie après seulement 10 coups, merci donc au champion international d'avoir finalement bien voulu étirer la partie jusqu'au... 34e !

Quel plaisir aussi que de découvrir de nouveaux visages à l'occasion d'une telle soirée, en espérant bien évidemment les revoir avant la simultanée 2012. Notre club a tellement besoin de forces vives, il suffit de penser que des 19 participants de la simultanée de février 2010, pas moins de 7 ne sont pas revenus au club cette saison, soit plus du tiers ! La fonte des glaces de l'Arctique, c'est du pipo à côté de ça.

Quoiqu'il en soit, il ne fait pas l'ombre d'un doute, que ceux qui restent, à défaut peut-être d'être toujours les meilleurs, ce sont les plus... fous.

Vivement la simultanée de l'an prochain !
Jean Pierre (une des nombreuses victimes tombée du cas Roussel)

On se prépare à recevoir le champion ; Georges se demande si un jeu n'aurait pas perdu deux pions.


Bienvenue à la joyeuse bande de comparses qui viennent affronter notre invité !
Nous avons Françis, Hugues et Alexis... Ou serait-ce le contraire ?


On discute de stratégie en attendant notre champion, retardé par le vilain trafic Montréalais.


Enfi le voici !! Le photographe s'en donne à coeur joie.


Il ne reste qu'à commencer, toujours bien sur avec une poignée de main, sous la lentille vigilante du photographe.


3e tour, devant Jean-Pierre, qui nous a envoyé les lignes d'intro à cette page.


Arthur aura du pain sur la planche.


UN GROS MERCI À DANIEL, qui s'est dévoué pour aller chercher Thomas, puis le reconduire, puis lui acheter un petit en-cas... et des beignes pour tous ! MERCI !!!!!!!!!!
La récompense ? Défaite : (


Un revenant ! Pascal a bien travaillé mais a dû s'incliner.


Pierre semble dubitatif... Est-ce son ouverture atypique ?


Les Rois se font face, et les humains réfléchissent.


Arthur et Marcel subiront la défaite.


Pas de chance non plus pour Jérémie (fils de Daniel) ou Sylvain, notre président.


En enfilade, Thomas, Louis, et Georges, qui a eu la bonté d'âme de se sacrifier, faute d'un échiquier... : (


Au premier plan, notre champion du club, Luc, qui sera le seul à réussir à faire plier Thomas.


On continue à tourner !


Tiens toi ! Tu vas voir qu'un GMI c'est dur à battre !


Vue d'ensemble.



Je crois que c'est Alexis, mais ça pourrait être Francis...


Ou alors l'inverse ??


Chose certaine, Robert attend le GMI de pied ferme !


Éric itou !


On est songeur ? Le beau-frère d'Éric, Pierre-Yves, s'avère manifestement amateur du noble jeu !


Claude a cru tenir la nulle... jusqu'à ce qu'il ait la générosité d'offrir sa Dame.


Jean-Pierre est résolu !


Arthur note son coup.


Marcel, tu avais pourtant une bonne game !


Maxime fut un des derniers résistants, avec une bonne partie, mais... Ce qui devait arriver arriva.


Jérémie a un beau sourire, tandis que Sylvain triche ouvertement en consultant "Comment battre un GMI", par LF.


Le beau-frère à Jacques !


Jacques ! Bravo pour ta nulle, bien travaillée (Jacques a dû l'offrir deux fois !)


Moi-même, Jean-Luc, votre webmestre, j'ai pu m'en tirer avec la nulle.


Thomas se penche sur nos problèmes. Je me sens néanmoins incompris...


Les soldats commencent à tomber au combat.


Discussion amicale avec Luc, le seul qui lui a infligé une défaite.


Les derniers résistants, passé minuit.


Sylvain a l'honneur d'être le dernier... à abandonner.


Louis est bien content de sa signature, malgré sa défaite.


BRAVO THOMAS TU AS BIEN MÉRITÉ TES GAGES !


Retour